Média

Ils pressent l’État de tenir ses engagements

Une association s’est créée pour rendre accessibles les cahiers de doléances ouverts dans la foulée du mouvement des gilets jaunes. Deux Oisiens font partie du noyau dur.

Malgré la crise sanitaire qui fait rage depuis presqu’un an, certains n’ont pas oublié : les gilets jaunes, les occupations de ronds-points, les cahiers de doléances ouverts dans les mairies, le grand débat national amorcé en janvier 2019. Ils n’ont pas oublié non plus les engagements pris par le chef de l’Etat : permettre la consultation la plus large possible des cahiers citoyens après numérisation. Sous le nom de “Rendez les doléances”, une association vient de se monter a lancé une pétition pour que ces promesses soient tenues.

Dans l’édition du Courrier Picard du samedi 12 décembre 2020, le journaliste Andy Kelp revient sur la création du collectif local Rendez les doléances de l’Oise avec ses fondateurs, Jean Karinthi, Fabrice Dalongeville et Fabien Barege. Une interview croisée avec Thomas Ribémont, président de l’association.

 

Partager l'info

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire également

Carence de la transparence

Où sont passés les “cahiers de doléance” du Grand débat national ? Dans ce domaine comme dans d’autres, l’Exécutif peine à la transparence. L'Exécutif s'interroge

Deux ans après le Grand Débat National

« Tout doit pouvoir être consulté par tout le monde. Tout en transparence » disait Sebastien Lecornu, ministre en charge de l’animation du Grand Débat

Merci !

Votre doléance a été transmise à notre équipe.

Signez la pétition sur

Soutenez notre action

Signez la pétition sur